top of page
  • Photo du rédacteurGeorges Gallien

La faute, l'erreur et l'échec... Quelles sont les différences ?

Dernière mise à jour : 5 mai

La racine de la peur : Facteurs psychologiques et sociaux.

La peur de l’échec, des erreurs et des fautes sont souvent enracinées dans des facteurs psychologiques et sociaux tels que la peur des conséquences, une culture de la perfection, l'évitement de la critique, le risque d'incertitude et le biais de confirmation.

Ces peurs peuvent nous pousser à éviter les situations où nous pourrions échouer, même si cela signifie ne rien faire, ce qui peut finalement limiter notre croissance et notre développement personnel.


Les Conséquences de la Peur : Limiter notre Potentiel

Que ce soit dans le domaine professionnel, académique, relationnel ou personnel, la plupart des gens ont ressenti à un moment ou à un autre une certaine appréhension face à la possibilité d'échouer. C'est une réaction naturelle résultant de notre désir instinctif de réussir et de notre aversion pour les conséquences négatives associées à l'échec. Cette peur peut varier en intensité d'une personne à l'autre et peut être influencée par des facteurs tels que l'estime de soi, le perfectionnisme, les expériences passées et les normes sociales.

Cette peur provoque hésitations et éventuellement renonciations.


Oser Prendre des Risques : Surmonter l'Hésitation

Ce que cela veut dire pour vous, c’est que la peur empêche la prise de risques et possiblement de faire des erreurs qui sont nécessaires pour apprendre et progresser.


Le Défi du Changement : Quitter sa Zone de Confort

Ce qui veut encore plus dire pour vous, c’est que ces apprentissages sont uniques et non reproductibles au vu de notre unicité et des circonstances avec les personnes impliquées dans ces expériences aboutissant à des résultats positifs comme négatifs.


Repenser nos Craintes : Une Invitation à l'Introspection

Et la raison pour que je vous dise cela est que c'est tellement dommage de laisser passer des occasions uniques dans la vie pour la simple raison que d’avoir peur des conséquences potentielles qui, dans les faits, ne se réalisent presque jamais.


Redéfinir la Faute, l'Échec et l'Erreur

L'une des peurs les plus courantes est de changer de carrière.

Cela implique souvent de quitter sa zone de confort et de se lancer dans un domaine où l'on manque d'expérience.

Cette incertitude peut générer une forte appréhension quant à la réussite dans un nouveau métier.

La société valorise souvent les carrières qui démontrent une stabilité et une longévité.

Choisir une voie moins conventionnelle peut entraîner des jugements ou des critiques de la part de la famille, des amis ou de la société en général, ce qui peut augmenter la peur de l'échec, perçu comme quelque chose de négatif et de honteux, souvent associé à une perte de statut social ou professionnel.

Ces derniers poussent les individus à tout faire pour éviter les erreurs, tellement l’éducation parentales comme sociétale mettent l’accent sur ces conséquences “négatives” de ces erreurs, stigmatisées comme un signe de faiblesse ou d'incompétence. Les individus peuvent craindre d'être jugés ou critiqués pour leurs erreurs, ce qui peut les pousser à les dissimuler ou à les éviter à tout prix. Et la faute est simplement “impardonnable” tellement est elle banni de nos pensées. Perçue comme une transgression morale ou éthique, ce qui peut entraîner des sentiments de culpabilité et de honte chez ceux qui la commettent. Les normes sociales et les attentes jouent un rôle important dans la façon dont la faute est perçue et traitée. Dans certaines sociétés, il existe une pression écrasante pour réussir à tout prix. Cela peut créer un climat où l'échec est considéré comme inacceptable, ce qui peut exercer une pression énorme sur les individus pour qu'ils évitent les erreurs à tout prix. De plus, les attitudes de la société envers l'erreur, la faute et l'échec sont souvent teintées de peur, de stigmatisation et de pression pour réussir. Ces attitudes peuvent avoir un impact significatif sur le bien-être émotionnel et le développement personnel des individus. Combien de fois réellement vos calculs, aux estimations négatives, vous ont réellement conduit à éviter une catastrophe ? Soyez honnêtement sincère. Et si votre nombre est proche de zéro, demandez-vous ce qui m'amène à le savoir et à le deviner ? Bien entendu, il y a des moyens pour "affronter" ces peurs. Souhaitez-vous les connaitre ?

Parce que, je veux vous accompagner à changer vos conditionnements pour vous aider à atteindre le succès, vos buts dans votre vie et, si vous le souhaitez, votre épanouissement. Et pour cela, je vous propose de regarder ces mots de plus près.

La Faute : une faute implique généralement une action volontaire qui conduit à des conséquences non souhaitées. Il y a souvent une connaissance préalable des règles ou des normes, et l'action est délibérée malgré cela.

L'Échec : un échec se produit lorsqu'un objectif ou un résultat souhaité n'est pas atteint, mais cela peut être dû à divers facteurs, y compris des actions involontaires, des erreurs de jugement ou des circonstances imprévues. Il n'implique pas nécessairement une action intentionnelle.

L'Erreur : une erreur est une action incorrecte ou une décision qui conduit à des conséquences non souhaitées. Elle peut être le résultat d'une mauvaise compréhension, d'une évaluation incorrecte de la situation ou d'une négligence.

Questions et Réflexions : Répondre aux Peurs

Mon propos ici est uniquement de vous proposer de répondre à quelles questions psychopratiques.

1* - Comment devons-nous avoir peur d'une action qui est involontaire et dont les conséquences, non souhaitées, sont connues, en d'autres termes : un échec ?

2* - Et pouvons-nous avoir peur d'une action qui, cette fois ci, est volontaire et dont les conséquences, non souhaitées, sont inconnues, en d'autres termes : une erreur ?

3* - Et terminons par le dernier cas de figure d'une action qui est involontaire et dont les conséquences, non souhaitées, sont inconnues... fasse-t'il que l'on en ait peur ?



Transformation Personnelle : Réaliser son Plein Potentiel

Selon votre opinion, seriez-vous plus ou moins proche de ces réponses ?

Dans le cas 1*, comme les conséquences, non souhaitées, sont connues : changeons les conséquences en conséquence souhaitées.

Dans le cas 2*, comme l'action est volontaire, devons-nous nous sentir fautif : non !

Dans ce cas 3*, comme l'action est involontaire et les conséquences inconnues : laissons faire la chance.

16 vues1 commentaire

1 Comment


Carolane Rondeau
Carolane Rondeau
May 05

Tout comme c'est 3 mots à divers définitions nous ramène en sentiment de peur, nous pouvons aussi les ramener dans un sentiment de confiance. Réussite, Accomplissement et Succès.

Like
bottom of page